Comment fabriquer soi-même son e-liquide ?

Fabriquer son liquide, coûte moins cher et en plus c’est très ludique : vous créez vos propres recettes selon vos envies.

Comment faire soi-même son e-liquide

Comment faire soi-même son e-liquide

Quel est le matériel nécessaire ?

  • Une base neutre de e-liquide de 115 mL (voir les dosages PG / VG ci-dessous)
  • Un ou des boosters de nicotine
  • Des arômes
  • Une seringue de 10 mL
  • Un embout pour seringue numéro 3
  • Un flacon vide PE de 50 mL

Conseils bonus :

Il est bien sûr possible de préparer une quantité différente de liquide (10ml, 30ml ou 100ml), à vous de vous équiper en conséquence avec des seringues de 1ml, 5ml,…ou des flacons en verre, les pourcentages restant les mêmes. Avec les bases en un litre, il vous faudra par exemple pas loin de 10 flacons d’arômes de 10ml pour obtenir un pourcentage de 10% d’arômes.

Les différentes bases d’e-liquide

Choisir son taux de nicotine.
Choisir son ration PG/VG (propylène glycol/Glycérine)

Le choix du ratio PG / VG est important, certaines bases ne passeront pas dans vos clearomiseurs (base 100%VG par exemple). Plus il y aura de VG et plus il y aura de vapeur mais cela nécessitera un plus fort dosage en arômes.

  • 70/30 pour clearomiseurs type Kanger T2/Stardust…
  • 50/50 pour clearomiseurs et atomiseurs standards
  • 30/70 et Full VG pour clearomiseurs et atomiseurs acceptant des liquides épais, drippers

Choisir ses arômes

Il vaut mieux commencer avec 1 ou 2 arômes au début.

On peut mélanger des arômes de différentes marques.

On peut ajouter des additifs dans le volume d’arômes en toute petite quantité (quelques gouttes suffisent généralement) afin d’obtenir un rendu très frais, fumé, mentholé.

On peut ajouter 10 gouttes de vinaigre blanc pour accélérer le steep (pour 50ml de préparation finale).

Le steep est très important : il s’agit de laisser reposer votre mélange quelques jours afin que tous les éléments se mélangent correctement.

J’ai l’habitude de toujours sentir un arôme pour évaluer sa « force », plus il sentira fort et plus souvent son dosage devra être modéré.

Les fruits acides par exemple ne nécessitent souvent pas un fort dosage, tout comme les menthes, l’avantage est qu’ils ne mettent pas longtemps à steeper.

Les arômes complexes, les custards, les tabacs peuvent mettre une à deux semaines pour vraiment arriver à maturation.

Un liquide peut parfaitement être invapable à 2 jours et devenir délicieux après 3 semaines.

Un mélange citron/vanille par exemple sera très citron au départ puis au fur et à mesure du steep permettra à la vanille d’apparaître.

Mes astuces

J’ai tendance à laisser mes flacons de diy ouvert (avec un mouchoir dessus pour éviter les poussières) au tout début puis je les ferme en les secouant régulièrement mais chacun a sa méthode.

Le choix des marques est cornélien et on a vite envie de tout essayer soit pour reproduire un liquide connu soit pour trouver LA recette e-liquide ultime qui très souvent sera différente le mois prochain.

Un conseil, faites-vous un bon stock dès le départ, cela permet d’avoir plusieurs flacons qui « steepent » en même temps et l’envie d’en préparer d’autres.

Si vous connaissez votre consommation mensuelle de liquide, en ayant 2 fois ce volume, un que vous consommer et l’autre qui mature cela permet de ne jamais être à cours. Cela m’arrive souvent de remélanger mes diy en fin de mois pour des résultats épatants ou pas !

A vos recettes messieurs dames !

Découvre notre calculateur de dosage pour créer vos recettes.

Bon nuage à vous
Yann