La désinformation sur la vape ne se fatigue jamais

Régulièrement, les informations tombent, la cigarette électronique est mauvaise et dangereuse… Toujours avide de connaissances, j’essaie de m’informer le plus souvent possible lorsque c’est un sujet qui m’intéresse. Mais il faut reconnaître que je n’apprends pas grand-chose ou juste une nouvelle désinformation. Voilà donc mon petit coup de gueule qui sera plutôt orienté « médias » cette fois-ci.

L’innocuité de la cigarette électronique

Ne tombons pas dans les préjugés, la cigarette électronique n’est pas un produit sans risque zéro. Mais quels sont ces risques ? Et êtes-vous d’accord pour les prendre ?
-Premier état: les e-liquides peuvent contenir de la nicotine, tout le monde sait que c’est un composant addictif. Pour simplifier, cela provoquera une dépendance chez l’homme. Cependant, ce n’est absolument pas un produit cancérigène. La cigarette électronique permet aussi de doser cette nicotine.
-Deuxième état : les composants des e-liquides autres que la nicotine souffrent d’un manque d’ancienneté pour notifier leur totale innocuité. Les e-liquides existent maintenant depuis une dizaine d’années. Les fabricants portés par les consommateurs se sont préoccupés très rapidement de la notion de « propreté » de leurs produits. La France a été clairement et est toujours en tête de liste de ce phénomène. Toutes les molécules pouvant être litigieuses sont donc assez vite retirées de la fabrication. Le milieu est réactif.

chimie cigarette electronique

Des médias faignants avides de désinformation facile

journaux e-cig

Ces derniers jours, nombres de médias et non des moindres ont publié des articles à charge contre la cigarette électronique. Deux thèmes principaux reviennent à la une :
-la dépendance provoquée par la cigarette électronique qui serait une passerelle chez les jeunes
-le danger du diacétyle et la fameuse maladie du popcorn.

Alors que ces 2 thèmes ont été à de nombreuses fois étudiés, prouvés, décortiqués, les médias nous ressortent des études de 2 ans ou préfèrent par un titre racoleur stimuler leur lectorat. Alors bien sûr cette désinformation n’est plus aussi affirmative que lors de la première parution. On y met des formes, on nuance la dangerosité de la cigarette électronique qui serait bien moins dangereuse que la cigarette classique. Mais pourquoi ressortir cela ? Tapez « maladie du popcorn » sur votre moteur de recherche et regardez les dates de parution, cela me laissera toujours sans voix.
Mais que font-ils dans leur salle de rédaction ?

Informez-vous et vérifiez vos sources

Soyez plus professionnels que les professionnels. La vape est un formidable moyen de diminution du risque. Peu de nouveautés ont proposé une telle opportunité. Oui, il faudra peut-être encore progresser sur les produits qu’ils soient matériels ou liquides mais non la cigarette électronique n’est pas une passerelle vers le tabagisme et non la maladie du popcorn ne vous attend pas au coin de la rue.

Effet passerelle

Je préfère que les jeunes testent la vape plutôt que fument car les risques sont moindres. Pas de combustion, ce qui est déjà énorme comme différence. Peut-être que certains passeront à la cigarette classique, je n’ai pas la prétention de vouloir tous les en empêcher. Mais si un jeune majeur se présente en boutique et qu’il n’a jamais fumé, les professionnels de la vape ne pourront que lui conseiller d’y réfléchir sérieusement et surtout ne pas lui proposer de nicotine. Ce choix n’était absolument pas possible quand j’ai commencé à fumer. Une cigarette classique reste une cigarette nicotinée d’où dépendance.
La cigarette électronique reste en plus un formidable moyen pour les fumeurs d’arrêter.

Diacétyle

De la même façon, je vous conseille bien sûr de choisir vos e-liquides avec soin. Qui aurait envie de vaper un e-liquide fabriqué dans une baignoire avec des composants inconnus ? Nos e-liquides sont de plus en plus contrôlés, le diacétyle a été banni en France par tous les signataires de la norme AFNOR de 2015 sur les e-liquides. Et quand bien même il restait des e-liquides douteux avec du diacétyle, les proportions trouvées dans ces e-liquides sont bien inférieures à celles trouvées une nouvelle fois dans la cigarette classique.

etude-ecig

Les vapoteurs ne lâcheront pas non plus

Il est fatigant de retrouver ces mêmes articles ou ces titres accrocheurs qui ne sont là que pour attirer la population. Contre la désinformation, il faut se montrer patient, continuer à informer et ne pas se décourager. Lorsque la génération hostile ( « c’est un produit chimique avec plein de produits inconnus… ») changera, il est fort probable que les choses se simplifient naturellement. Je ne critique absolument pas ces personnes, c’est plus un phénomène de société face aux nouveautés. Ma génération fait déjà la même chose sur certaines innovations nouvellement apparues. Les personnes que je critique ici sont les journalistes sans nom qui pour une audience espérée titre comme tout bon journal à sensation, un peu de sérieux s’il vous plait.

Bon nuage à vous

Yann