Le 22/05/2023

REVUE de Presse : en mai l'actu fait ce qui lui plaît !

La vape abîmerait la peau, le Professeur Dautzenberg remet les pendules à l'heure et Génération Sans Tabac étudie les statistiques de la vape US ? C'est le tour de table de l'actualité du mois de mai qui se déploie sous vos yeux !

La vape critiquée par un nouveau corps médical...

Récemment, les lectrices de sites réservées aux demoiselles adeptes de la cosmotitude ont eu la chance d'apprendre que la cigarette électronique était vilaine pour leur peau, très vilaine même, d'après le, forcément génial "Docteur Patterson". Celui-ci est cité en référence, par une journaliste bien informée, puisqu'elle cite un autre brillant article issu du très scientifique site internet Glamour du Royaume-Uni...

Le Docteur Patterson, installé à Londres, est-il un éminent pneumologue, un cancérologue aguerri, un dermatologue de renom ou un spécialiste des effets de la vape sur le corps humain ? Non, le Docteur Patterson est un chirurgien esthétique, spécialisé dans l'injection de botox et la suppression des rides pour les visages en quête de jeunesse éternelle.

La chirurgie esthétique est-elle vraiment essentielle aux débats sur la cigarette électronique ?

La vape abîme la peau : quel crédit pour cette info ?

Pas de spoiler : aucun crédit pour cette info. Comme d'habitude, les sites d'actualité "thématisés" se permettent de parler de sujets dont ils n'ont strictement aucune connaissance réelle.

Soyons sérieux, les propos d'un pro du collagène, est-ce une source digne d'intérêt pour parler des problèmes de peau causés (pré-supposément) par le vapotage.

Pour couronner le tout, la journaliste propose une brillante solution si vous avez des problèmes de peau "à cause de la vape" : appliquez-vous des sérums anti-rides ou imperfections à base de rétinoïde. Bah voyons, arrêtez de vapoter, mais n'oubliez pas de vous tartiner de crèmes anti-rides, c'est bien mieux, forcément.

Bref, n'écoutez pas les experts auto-déclarés en cosmétologie qui vous donneront des infos sur la cigarette électronique.

Le Dr Dautzenberg (un vrai spécialiste) sur Le Figaro

Le pneumologue et tabacologue Bertrand Dautzenberg (soutien affiché de la vape comme outil de sevrage) témoigne dans les colonnes du journal parisien. L'article est malheureusement payant, donc l'information tronquée pour les non-abonnés, mais son témoignage fait du bien dans le flot des articles nauséabonds citant les vendeurs de soins esthétiques en clinique.

L'article commence par un message limpide : "il faut être très clair : la cigarette électronique est infiniment moins nocive que la cigarette classique. La question en elle-même est presque une aberration. Ce serait comme se demander s'il valait mieux être écrasé par un pied d'éléphant ou une patte de mouche".

Le Professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue
Source : observatoire-sante.fr

Malheureusement, nous ne sommes pas abonnés au journal et les lecteurs d'un jour n'auront qu'une vision partielle de l'information. Quel plaisir toutefois de lire ces quelques lignes offertes, pendant que des articles (complets et gratuits) aux informations bancales pullulent.

Par ailleurs, on trouve aussi ces derniers jours sur Le Figaro, un article (gratuit, complet mais surtout sponsorisé) par Blu, la marque de e-cigarette jetable du cigarettier Imperial Brands, l'une des 5 plus grandes firmes du tabac mondial... Le site y fait la promo de ces produits jetables et c'est bien dommage.

L'édito d'un anti-vape sur Ouest-France ?

Un article plutôt surprenant est actuellement disponible sur le site ouest-france.fr, dans une rubrique Magazine qui a potentiellement quelques écarts de conduite avec l'esprit d'intransigeance journalistique des éditions quotidiennes du canard.

En effet, le Professeur australien Simon Chapman, anti-tabac et anti-vape bien connu depuis des années par les suiveurs de la e-cig, charge à nouveau la cigarette électronique, l'accusant de répéter, avec la complicité d'autorités locales, le même scénario et les mêmes erreurs que celles commises avec le tabac pendant des décennies.

L'article est disponible complètement ici

Qui est Simon Chapman ?

Dans le viseur des professionnels de la vape, le Professeur australien fait figure d'épouvantail. Il est accusé en décembre 2017 par Public Health England d'avoir présenté des erreurs factuelles lors d'une enquête du gouvernement fédéral australien sur le vapotage. Le blog Vapolitique revient par ailleurs sur le personnage et cette séquence dans un article qui en dit long sur l'intéressé. Morceaux choisis : 

"Le Public Health England relève notamment que sa présentation de la situation légale en Europe et au Royaume-Uni est totalement fantaisiste et fausse. Mais surtout, Simon Chapman et ses collègues mentent sur la validité de l'évaluation scientifique de la réduction des risques du vapotage par rapport aux cigarettes [...]"

"[...] l'administration de Twitter a suspendu momentanément le compte de Simon Chapman après qu'il a proféré des menaces de représailles à l'encontre d'un militant de l'association locale d'usagers de la New Nicotine Alliance. Le personnage est un habitué de ce type de méthodes, usant de fausses allégations, attaques ad hominem et menaces...

Le Docteur Simon Chapman
Source : vapolitique.blogspot.com

Par ailleurs, Simon Chapman est aussi l'auteur d'un livre paru en 2022 dont le titre équivoque "Arrêter de fumer des armes de destruction massives" ne laisse pas de place aux doutes : le monsieur n'aime aucune forme d'accompagnement à l'arrêt du tabac.

Pour lui, c'est simple : un fumeur doit arrêter sans rien d'autre que sa volonté, le reste n'est que "distraction massive" en provenance d'industries pharmaceutiques et vapologiques.

Génération Sans Tabac : un constat aux US qui fait froid dans le dos ?

En relevant les résultats d'une étude de l'Ohio State University, l'association Génération Sans Tabac expose un paradoxe : Aux USA, 71% des jeunes (en fait 1414 jeunes sondés) se déclarent prêts à arrêter la cigarette électronique si les arômes (à l'exception du tabac) disparaissaient.

Ce constat parait être plutôt positif pour l'association, agissant dans le but de "prévenir l'initiation des jeunes à la dépendance nicotinique".

Toutefois, certaines questions méritent d'être posées ? Si ces jeunes arrêtent de vapoter des liquides fruités, que feront-ils à l'avenir ? Vapoteront-ils des liquides goût tabac ? Iront-ils de nouveau acheter des cigarettes ? 

Le tabac c'est tabou... pour beaucoup de vapoteurs !

Dans la communauté des vapoteurs qui utilisent la cigarette électronique pour arrêter de fumer, le goût du tabac est, pour certains, devenu TABOU. Supprimez les arômes et vous obligerez les vapoteurs à reprendre la route des parfums du tabac... Et puis qui sait ? Celui de la cigarette ensuite ?

Aujourd'hui, seulement 3% des jeunes vapoteurs apprécient le goût "tabac" dans leurs nuages. Le signe ne trompe pas : le goût du tabac plaît moins (est-ce un mal ?).

Alors que faire ? Supprimer les arômes pour que seul le goût du tabac (et celui des cigarettes classiques) existe aux yeux de tous ? Ou bien taxer de plus en plus la clope, pour que plus personne n'ait plus jamais l'envie d'y retourner ?

De l'actu en bref :

Prolongez votre lecture avec quelques informations complémentaires sur l'actualité de la vape de ce mois de mai 2023 : 

Au Portugal, de nouvelles réglementations apparaitront d'ici à 2025 avec, notamment, un forte restriction des lieux d'achat de produits de vapotage, aujourd'hui disponibles partout et même en distributeurs automatiques.

En Israël, le Ministre de la Santé déclare vouloir serrer la vis aux produits du vapotage, à la suite du décès d'un jeune homme qui aurait "fumé une cigarette électronique" : interdiction totale, interdiction des arômes, image dissuasive sur les emballages, les idées restrictives colonisent les prochaines décisions du gouvernement israélien.

Au Vietnam, la vape est accusée de tous les maux possibles et en particulier, celui de promouvoir les violences dans la société. Le gouvernement inite donc les municipalités à communiquer autour de "tous les méfaits des dispositifs électroniques".

En France, depuis l'annonce du Ministre de la Santé concernant une interdiction prochaine des puffs jetables, c'est le silence complet. Seule l'information d'une prochaine interdiction des produits contenant du HHC est suivie de près côté ministériel.

Les derniers articles